Les fleurs Fairtrade : Pourquoi & comment ?

Pourquoi des fleurs Fairtrade ?

La plus grande partie des roses vendues en Belgique proviennent d’Afrique. Les États-Unis importent principalement depuis l’Amérique du Sud, avec la Colombie pour principal producteur. L’Europe importe majoritairement depuis l’Afrique, le Kenya représentant à lui seul 35 % de la production mondiale de fleurs coupées.

Par son climat favorable et les faibles coûts de la main-d’œuvre, les frais de production sont beaucoup moins élevés en Afrique qu’aux Pays-Pas ou en Belgique. Dans les pays en développement, les plantations sont une aubaine économique pour les zones rurales. La culture de fleurs coupées y apporte à d’innombrables femmes la possibilité de trouver un emploi rémunéré. Pourtant, toute rose a ses épines … La majorité des travailleurs de ce secteur sont des femmes âgées de 18 à 35 ans, qui n’ont généralement pas été au-delà de l’enseignement primaire. Près de 75 % des travailleurs sont engagés sur une base temporaire, avec des conséquences négatives pour leurs droits : ils n’ont pas d’assurance, pas de vacances, pas de congé de maternité, etc. De plus, l’intimidation sexuelle n’est pas une exception dans les plantations.

Les produits chimiques sont massivement employés, souvent par des personnes qui ne sont pas formées pour cela et ne possèdent pas le matériel de protection adéquat. Le traitement des déchets n’est pas effectué de manière rigoureuse, alors que dans certains cas ils sont encore particulièrement nocifs. La situation s’est récemment améliorée en plusieurs endroits, mais il reste encore beaucoup à faire.

Dans ce contexte, plusieurs codes de conduite ou systèmes de certification ont été élaborés. Initialement, ils étaient principalement destinés à rechercher une solution aux problèmes environnementaux, mais à présent, certaines initiatives, entre autres de Fairtrade International, n’enregistrent pas seulement des progrès en matière d’environnement, elles accordent aussi de l’attention aux conditions de travail et aux droits sociaux des travailleurs dans les grandes plantations de fleurs.

Que signifie la certification Fairtrade pour les fleurs ?

Sur le plan social et économique, les normes Fairtrade pour les fleurs garantissent :

  • L’interdiction du travail forcé et du travail des enfants (moins de 15 ans). Les enfants de 15 ans peuvent uniquement travailler si cela ne met pas leur santé et leur éducation en danger.
  • Les ouvriers ont le droit de se rassembler librement et de conclure des conventions collectives. Ils ont également le droit de créer un syndicat indépendant ou de s’y affilier, d’élire leurs conseillers et de créer leur propre programme.
  • Les salaires doivent être égaux ou supérieurs à la moyenne régionale du salaire minimum. Si les salaires sont inférieurs aux normes du revenu d’intégration, l’employeur et les travailleurs négocient une augmentation salariale annuelle.
  • Des mesures sanitaires et de sécurité sont adoptées pour éviter les accidents du travail. Une liste détaillée des mesures de sécurité liées à la production de fleurs limite l’utilisation des produits chimiques agricoles et interdit l’utilisation de pesticides toxiques.
  • L’existence d’un Comité pour la prime Fairtrade, composé d’ouvriers élus, qui gère la prime Fairtrade. Il fait rapport à un conseil général des ouvriers.
  • La prime doit être affectée à des projets qui profitent aux ouvriers, à leurs familles et à la communauté.

Lisez plus sur les standards Fairtrade

Comment les plantations Fairtrade sont-elles contrôlées ?

Les plantations sont contrôlées chaque année par FLO-Cert. Ce contrôle porte sur le respect des critères mentionnés ci-avant. FLO Cert et Fairtrade Belgium surveillent ensuite le flux de biens destinés au commerce équitable de fleurs chez tous les partenaires commerciaux. Cela offre au consommateur et au partenaire commercial la garantie que les fleurs labellisées Fairtrade répondent aux critères du commerce équitable.

Regardez le témoignage de Rosemary :

Retour

Partager