Le coton Fairtrade : témoignage

GROUPE DE PRODUCTEURS BIO PRATIMA

Le groupe de producteurs bio Pratima (« Pratima Organic Grower Group ») est une association de 2 000 producteurs de coton du district Balangir dans l’Etat d’Odisha (précédemment Orissa) dans l’Est de l’lnde. Le district est majoritairement rural - avec plus de 70 % de la population dépendant de l’agriculture pour sa subsistance - et connu pour son extrême pauvreté - avec plus de 62 % des ménages identifiés comme vivant sous le seuil de pauvreté (estimation officielle 2001).

La zone subit des températures extrêmes, entre 5 et 49 °C, et a une pluviométrie moyenne de 1 200 mm caractérisée par une répartition très inégale et une grande variabilité. Vu que les producteurs ne disposent pas d’infrastructures d’irrigation, la grande variabilité de la pluviométrie et les pertes de récoltes qui en résultent forcent nombre d’entre eux à partir à la recherche d’emplois saisonniers.

La plupart des producteurs n’ont d’autre choix que de souscrire des emprunts auprès de négociants de coton ou de prêteurs sur gage locaux à des taux d’intérêt exorbitants, pouvant atteindre 100 % pour de l’argent liquide ou 30 % lorsque des bijoux ou des terres sont donnés en gage. De plus, ces mêmes négociants exploitent encore davantage les producteurs en sous-estimant leur récolte et en l’achetant à bas prix lorsqu’il la leur achète pour rembourser les emprunts.

Pour approvisionner l’unité d’égrenage qu’elle exploite, l’entreprise Pratima Agro & Paper Ltd a établi un partenariat de production sous contrat de coton bio avec quelques 4 000 producteurs répartis dans plus d’une centaine de villages. L’entreprise fournit aux producteurs des services tels que le financement des semences et intrants, ce qui leur permet de se passer des négociants locaux. Le partenariat avec les producteurs de Balangir avait débuté en 2007 pour, dans un premier temps, les encourager à s’organiser sous forme de groupes d’entraide à l’échelle villageoise. Les producteurs ont obtenu la certification Fairtrade en 2010, en partie grâce au soutien de l’entreprise en tant qu’organe de parrainage pour les aider à renforcer leur organisation et à acquérir la certification de plein droit.

Moins de 4 ans plus tard, le groupe de producteurs bio Pratima était la 2e organisation de producteurs de coton Fairtrade en lnde à basculer d’une production sous contrat vers une organisation associative de petits producteurs à part entière.

Pravakar Meher, directeur du projet Pratima, décrit les implications de Fairtrade pour les membres :

« Pour les producteurs, la partie la plus intéressante de Fairtrade, c'est le leadership et la possession. Le fait d’être propriétaire de leur propre organisation et d’assumer toutes les responsabilités est pour eux un véritable rêve. Ce rêve est en passe de devenir réalité ».

« Nous possédons la certification Fairtrade depuis trois ans et demi. Normalement, l’acquisition de ce label implique une transition de la production sous contrat vers une organisation de petits producteurs en 6 années. Nous avons accompli cette transition en seulement trois ans et demi ».

« Nous possédons la certification Fairtrade depuis trois ans et demi. Normalement, l’acquisition de ce label implique une transition de la production sous contrat vers une organisation de petits producteurs en 6 années. Nous avons accompli cette transition en seulement trois ans et demi ».

« C’est formidable de pouvoir travailler dans le cadre de Fairtrade. Les producteurs sont très satisfaits d’en faire partie. Nous faisons désormais figure d’exemple à suivre, incitant le gouvernement à nous emboîter le pas. Nous garantissons un prix de soutien minimum.Celui-ci est d’une importance capitale mais le gouvernement n’a pas encore été en mesure de l’appliquer ».

« A l’heure actuelle, nous produisons des récoltes kharif, ce qui signifie que nous pratiquons une agriculture pluviale qui ne produit qu’une seule récolte annuelle de coton, durant la saison des pluies. Les ressources sont très limitées pour les producteurs et nombre d’entre eux n’ont aucune autre source de revenu. »

« Nous planifions aujourd’hui des projets hydrauliques qui incluent la pose de canalisations en plastique pour l’irrigation par goutte à goutte des champs de coton. Cet investissement permettra aux producteurs d’obtenir une 2e récolte et, ainsi, leur évitera d’avoir à s’exiler vers d’autres régions. Mon message aux consommateurs est donc le suivant : achetez des produits Fairtrade pour nous permettre de poursuivre notre développement ! »

Les membres de Pratima ont utilisé la prime Fairtrade pour divers types d’investissements, comme la construction d’entrepôts servant également de centres communautaires, la rénovation de bassins communautaires pour les besoins en eau du village, l’achat et la distribution de semences non-OGM, l’achat de tracteurs et l’allocation de bourses d’études. Actuellement, la prime est réservée à la construction d’une unité de traitement des légumineuses pour permettre aux villageois de moudre le dhal ou d’autres légumineuses destinées à leur propre consommation. Avec cette nouvelle unité, les villageois n’auront plus perdre du temps et de l’argent pour aller moudre leur dhal dans une autre ville équipée d’un moulin.

Partager