Pourquoi le coton Fairtrade ?

On estime à environ 100 millions le nombre de foyers qui, dans 70 pays du monde, tirent leur revenu de la production de coton. Les principaux pays producteurs de coton sont les États-Unis, la Chine, l’Inde, l’Ouzbékistan ainsi que différents pays d’Afrique centrale et de l’Ouest. Le coton est une source d’emploi et de revenu particulièrement importante en Afrique centrale et de l’Ouest, en Inde, au Pakistan et en Asie centrale.

Le prix mondial du coton est en baisse constante depuis 2011, tandis que le coût de la production durable du coton n’a eu de cesse d’augmenter.

Historiquement, la diminution de la valeur du coton depuis le début des années 80 est le résultat de l’usage croissant de fibres synthétiques telles le polyester et le nylon. Les fortes subventions dont bénéficie l’industrie du coton aux États-Unis, dans l’Union européenne, en Chine et dans d’autres pays ajoutent une pression déflationniste supplémentaire sur les prix. Les producteurs de coton des États-Unis reçoivent des subventions importantes de la part de leur gouvernement, qui sont pratiquement équivalentes à la valeur totale des récoltes. Ainsi, près de trois quarts de toute la récolte de coton des États-Unis est écoulée sur le marché mondial à un prix de dumping souvent inférieur au coût de production.

En plus d’être confrontés au problème du prix de vente très bas, de plus en plus de producteurs font face à des difficultés liées au changement climatique. Et pour couronner le tout, le coton est également une culture intensive et « lourde » qui a tendance à dégrader les sols.

Pourquoi le Fairtrade ?

Depuis l'introduction du prix minimum pour le coton Fairtrade en 2004, Fairtrade a démontré être en mesure d’améliorer substantiellement le niveau de vie des communautés de producteurs de coton. En commercialisant leur production sur le marché Fairtrade, les producteurs de coton sont assurés de recevoir un prix minimum censé couvrir le coût moyen d’une production durable. Ils reçoivent en outre une prime Fairtrade qui doit servir à financer des investissements dans des projets pour la communauté, dont notamment des écoles, des routes ou des infrastructures de soins médicaux.

Règles applicables au coton Fairtrade

Le coton Fairtrade a été lancé en 2005 pour offrir aux producteurs de coton une alternative au marché conventionnel, jugé volatil et incertain. Les organisations de producteurs font l’objet d’audits sur la base des critères Fairtrade. Les standards Fairtrade applicables au coton couvrent notamment les points suivants :

  • Un prix minimum pour le coton Fairtrade est fixé en fonction de la région de production. Le prix minimum couvre toujours les frais liés à la production durable. D'autre part, si le prix du marché est supérieur au prix minimum Fairtrade, c'est le prix du marché qui s'applique.
  • Le prix minimum pour le coton Fairtrade bio est 20 % supérieur au prix du coton Fairtrade conventionnel minimum.
  • En plus du prix Fairtrade, les acheteurs doivent payer une prime Fairtrade de 0,05 US$ par kilo de semence de coton Fairtrade. Cette prime est utilisée par les organisations de producteurs pour financer les investissements sociaux et économiques comme les services de santé et d’enseignement, les équipements de transformation et les prêts pour les membres.
  • Des standards environnementales limitent l’utilisation de produits agrochimiques et encouragent la production durable.
  • Des lignes de crédit à la pré-exportation sont octroyées sur demande aux organisations de producteurs à hauteur d’un montant maximal équivalent à 60 % du prix d’achat.

En quoi Fairtrade est-il différent des autres systèmes de certification ?

Les côtés négatifs de la production de coton conventionnel inquiètent tant les consommateurs que l’industrie. Les grandes marques et les détaillants se soucient sans cesse davantage des questions de durabilité et de responsabilité sociale et environnementale. Il s’en est suivi un accroissement considérable du nombre de systèmes de certification visant à améliorer les conditions économiques, sociales et environnementales de la production de coton. Ainsi, le guide des écolabels textiles (« Eco-Textile Labelling Guide 2014 ») répertorie plus de 60 labels et standards de textile durable différents. En 2012, la production de coton satisfaisant aux exigences d’un standard atteignait 933 000 tonnes (3,4 % de la production globale), dont près de la moitié (448 000 tonnes) était écoulée en tant que production conforme à un standard particulier.

Alors que d’autres systèmes de certification visent à protéger l’environnement ou à permettre aux entreprises d’assurer la traçabilité de leurs produits, la certification Fairtrade est unique dans le sens où elle est la seule dont l’objectif principal est d’aborder le problème de la pauvreté au moyen de meilleurs termes d’échange et d’accroître le pouvoir des producteurs dans leurs relations commerciales.

Les petits producteurs de coton ont peu d’options pour améliorer leur situation économique et sociale au sein de la chaîne d’approvisionnement conventionnelle. Fairtrade soutient les producteurs au moyen de prix plus stables et équitables, de même qu’au moyen de revenus additionnels réservés aux investissements en matière d’infrastructure, de formation, d’équipements agricoles, d’améliorations commerciales et de programmes de soins de santé, d’eau potable ou d’éducation, qui sont autant de composantes essentielles d’une communauté florissante. Par ailleurs, Fairtrade soutient les producteurs dans la gestion des risques que la production du coton pose pour la santé et l’environnement. Il les soutient également dans la création d’organisations plus puissantes, dotées d’un plus grand pouvoir de négociation et jouant un rôle plus actif dans les chaînes d’approvisionnement globales.

« Le commerce équitable aborde les questions de la répartition du pouvoir et du développement a long-terme, aidant ainsi les producteurs et travailleurs à résoudre étape par étape des problèmes profondément ancres et à construire un avenir meilleur pour eux-mêmes, leurs familles et leurs communautés. Nous modifions les règles du commerce et habilitons les producteurs et travailleurs à planifier leur propre avenir ».

Marike de Peña, présidente du Conseil International de Fairtrade et directrice de la coopérative Banelino en République dominicaine.

Standards du Textile Fairtrade

Près de trois ans après l'effondrement ayant engendré tant de pertes humaines dans l'usine textile Rana Plaza au Bangladesh, bien peu de chose ont changé pour les travailleurs. La tragédie, qui a coûté la vie à plus de 1100 personnes et en a blessé 2500, a suscité des demandes pour une meilleure protection mais aujourd'hui, de nombreux employés du secteur textile continuent à travailler dans des conditions dangereuses avec de bas salaires.

Les nouveaux programme et standards du textile de Fairtrade (Commerce équitable) ont été élaborés pour aborder ces conditions de travail difficiles en élargissant l'approche de Fairtrade à toute la chaîne logistique du textile. « En s'engageant avec Fairtrade, les entreprises peuvent maintenant contribuer à améliorer le bien-être social et économique des travailleurs de toute la chaîne de production », a déclaré Martin Hill, P-DG par intérim de Fairtrade International.

Le nouveau standard est basée sur le standard déjà existant de Fairtrade, le standard relatif à la main-d'oeuvre embauchée, porte sur les conditions de travail, le salaire minimum vital et les droits des travailleurs, et concerne d'autres fibres durables ainsi que le coton. C'est le premier standard qui exige le paiement du salaire minimum vital pendant une période déterminée – six ans – et les propriétaires de marques seront aussi responsables, par contrat, de pratiques d'achat équitables à long terme, essentielles pour l'application des augmentations de salaire. Dans l'ensemble, le standard a pour but de donner aux travailleurs des usines les moyens de négocier indépendamment leurs conditions de travail.

Le nouveau standard est le premier pas vers la mise en place d'un programme complet sur le textile de Fairtrade pour changer les chaînes logistiques textiles et les pratiques commerciales y afférentes. Le concept du programme est similaire à celui des services à la production proposés aux agriculteurs et aux travailleurs mais adapté spécifiquement aux usines textiles. Après une évaluation initiale, les usines seront appuyées pour répondre aux exigences du standard.

Testez votre connaissance de la production de coton et de l'industrie du textile. Prenez le quiz !

Partager